News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Forum

Liens

Nous contacter


Ascension (6/10)
Koko no hito

Shin'ichi Sakamoto (D) & Yoshio Nabeta (S)

17 volumes, série finie
Type : Sport (escalade), Adaptation d'une oeuvre littéraire

2007 par Shueisha Inc., Tokyo, Japon
2010 par Guy Delcourt (Akata)

Traduction : Tetsuya Yano
Adaptation : Olivier Vachey
Adaptation graphique : Florenty Faguet
Conception graphique : Trait pour Trait

D'après le roman "L'homme solitaire" de Jirô Nitta

Le nouvel élève s'appelle Mori et même s'il est plutôt beau garçon, c'est un asocial profond qui ne souhaite qu'une chose : qu'on lui fiche la paix. Mais l'intérêt qu'il suscite auprès des filles n'est pas du goût de tout le monde et Miyamoto, la star du club d'escalade du lycée, refuse de le laisser en paix tant qu'il n'aura pas escaladé la façade du bâtiment principal. Pour Mori, l'adrénaline et la sensation de plénitude qu'il ressent lorsqu'il atteint le toit sont telles une révélation : il fera de l'escalade mais seul, cela va de soi ! Cependant, ce mépris du danger quasi suicidaire interpelle Monsieur Ônishi, le responsable du club, qui décide d'en faire un nouveau membre afin de le protéger des accidents et cela même contre sa volonté. (Dominiquel)

Dominiquel : Pfffffffffffff ! Bof bof ! L'ado qui décide de vivre et de s'accomplir seul, c'est réaliste, d'accord, mais quand c'est le personnage principal, c'est franchement barbant ! Tous les autres personnages sont plus intéressants que lui et pourtant, ils ne sont pas géniaux non plus, c'est dire... Tous sont stéréotypés et monolithiques au possible. Le fait qu'il n'y ait qu'une seule fille sans personnalité (et comme par hasard, elle devient manager de l'équipe !) prouve qu'il s'agit d'un manga exclusivement pour les garçons (l'escalade, c'est masculin ? Encore un stéréotype !). Vous avez compris, je n'ai pas aimé ce manga qui, en plus de reprendre les ficelles ultra usées du genre (un type qui n'y connaît rien se révèle être, presque du premier coup, un génie plus doué que tous ceux qui pratiquent depuis plusieurs années) n'apporte aucune originalité dans ses personnages ou son histoire et aucune note d'humour. Pour les fans d'escalade masculins uniquement parce que le dessin est bon et la philosophie du sport intéressante. Les autres, oubliez ! 5,5/10.

Max : Un rien trop technique, un rien trop prévisible, un rien trop lent, pour le reste, ça va, c'est correct, bien dessiné, instructif et plaisant. 6,4/10.

Dominiquel : 5,5/10 - Max : 6,4/10.

Pas d'accord avec ces cotes ou ces commentaires ? Vous voulez lire votre critique ici ?
Envoyez-nous votre avis et/ou votre cote à cette adresse : prosprs@gmail.com