News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Forum

Liens

Nous contacter


Des courges par milliers (6/10)
Mizumachi

Kazu Yuzuki

One-shot
Type : Vie quotidienne, Fantastique, Nouvelles

2003 par Seirin Kogei Sha, Tokyo, Japon
2006 par Editions Philippe Picquier (Picquier Manga), Arles, France

Adaptation graphique : Anne-Sophie Royer
Traduction : Patrick Honnoré & Yukari Maeda

Ce manga pourrait être considéré comme un recueil de 10 nouvelles mais celles-ci possèdent un fil conducteur : elles se déroulent dans la même petite ville japonaise située quelque part dans un passé récent et proche de la saison des pluies. La rue principale est bordée de petites boutiques comme celle de la vendeuse de courges, du boucher, de l'oiselier, du coiffeur ou celle du vétérinaire. Il s'agit là du terrain de jeu du fils de 12 ans du photographe, fasciné par les adultes et surtout par les charmes de la vendeuse de courges. Je vous présente chaque nouvelle en quelques mots :
- Séduction du Sud : Présentation de Keiko, la vendeuse de courges.
- Des courges par milliers : Le fils du photographe passe faire une course pour sa maman en allant se baigner.
- Un après-midi chez Lupin : C'est le jour du coiffeur.
- Les poissons rouges montent au ciel : Un vieux marchand de poisson s'est installé dans la rue.
- Mizumachi - Quartier lacustre : Le quartier de Mizumachi est inondé.
- Machiko-la-Belle : Machiko, l'assistante du coiffeur, aime chanter et danser.
- Réincarné en oiseau : La fille de l'oiselier et sa voisine sont bien étranges...
- Jouons à l'eau : Aujourd'hui, il fait chaud et tout le monde a l'air de bonne humeur.
- La fresque des bains publics : Les enfants au bain public.
- Marchons le coeur léger : C'est quoi ce chien qui se balade sur deux pattes ? (Dominiquel)

Dominiquel : Je n'ai vraiment pas accroché aux dessins et n'ai pas réussi à m'y habituer. Les histoires ont un certain charme mais rien de transcendant. Ce manga ne vaut pas son prix, selon moi. Je l'aurais davantage apprécié sans sa touche fantastique. Seul intérêt : il nous permet de voir une petite ville japonaise d'il y a quelques décennies. 6/10.

Dominiquel : 6/10.

Pas d'accord avec ces cotes ou ces commentaires ? Vous voulez lire votre critique ici ?
Envoyez-nous votre avis et/ou votre cote à cette adresse : prosprs@gmail.com