News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Guest Book

Liens

Nous contacter


Gen d'Hiroshima (7,3/10)
Hadashi no Gen

Keiji Nakazawa

10 volumes, série finie
Type : Histoire, Autobiographie, Guerre, Catastrophe

1975 par Shueisha
1983 par Les Humanoïdes Associés (1 volume paru, série arrêtée)
1990 par Albin Michel (1 volume paru sous le titre "Mourir pour le Japon", série arrêtée)
2002 par Last Gasp, San Francisco, Etats-Unis
2003 par Vertige Graphic, Paris, France (grand format)
2007 par Vertige Graphic, Paris, France (petit format)

Traduction : Koshi Miyoshi & Vincent Zouzoulkovsky
Lettrage : Tom Warint

1945, en plus de la famine et des fréquentes alertes aux bombardements, la famille Nakaoka rencontre de très nombreux problèmes parce que le père est un profond pacifiste qui le revendique. Les cinq enfants (plus un petit pas encore né) vivent chacun les derniers évènements de la guerre. Les deux plus jeunes, Shinji et Gen, pensent surtout à manger et à se défendre contre les cris calomnieux de leurs voisins. Akira est évacué avec ses copains de classe vers la campagne où il doit travailler au champs et voir ses professeurs manger abondemment alors qu'il meurt de faim. Eiko, la jeune fille de la famille, essuie des accusations mensongères de vol à l'école en subissant une fouille corporelle complète de son professeur. Koji, l'aîné, décide de s'engager dans les marines afin de restaurer l'honneur de la famille pour qu'elle cesse de prendre des coups et de voir sa récolte détruite. Le père et la mère essaient, envers et contre tous, de protéger leurs enfants de la faim, de la violence, mais surtout du conditionnement de l'état qui pousse chaque citoyen à mourir pour sa patrie même si c'est par suicide. (Dominiquel)

Dominiquel : ce livre est, certes, intéressant pour comprendre le point de vue japonais à la fin de la seconde guerre mondiale (un peu avant et après la bombe à Hiroshima). Cependant, je n'ai pas du tout apprécié cette lecture : des dessins moches, des personnages qui s'injurient à toutes les pages et qui se frappent sans arrêt pour un oui ou pour un non. Peut-être ce langage de charretier est-il dû à une mauvaise traduction, je ne sais pas. Peut-être qu'il était de bon ton, à l'époque, au Japon, de frapper ses enfants, dès qu'ils font une bêtise ou de mordre la main de son voisin jusqu'à arracher ses doigts parce qu'il vous a crié "traître !". Peut-être est-ce un jeu de l'auteur pour donner de la dynamique à son récit. Toujours est-il que cela ne m'a pas plu. Je m'attendais à quelque chose de plus sensible (après avoir vu le tombeau des lucioles). Vous argumenterez peut-être encore : mais c'est un vieux manga, un précurseur. Je ne suis pas d'accord pour lui donner cette palme envers et contre tout car, ayant lu l'histoire des 3 Adolf (qui, contrairement à Gen d'Hiroshima, n'affiche pas de grand guignol, ni de grimaces à outrance), je sais que ce sujet pourrait être bien mieux traité. Déçue donc, j'admets que ce manga est intéressant mais je pense que sa réputation est bien surfaite. 5,5/10.

Max : l'horreur de la fin de la seconde guerre mondiale. Ce manga a mal vieilli mais c'est le seul qui traite de l'horreur atomique qu'Hiroshima a connu. 7,1/10.

Pandora : Un excellent récit malheureusement autobiographique et historique, mais des personnages attachants, une histoire qui suit son cours, un manga duquel on a du mal à se détacher. Un témoignage poignant. A LIRE ABSOLUMENT !! 9,5/10.

777 : 5/10 - DCR2 : 6/10 - Dominiquel : 5,5/10 - Gokusen : 9/10 - Max : 7,1/10 - Motenai_ai : 9/10 - Pandora : 9,5/10.

Pas d'accord avec ces cotes ou ces commentaires ? Vous voulez lire votre critique ici ?
Envoyez-nous votre avis et/ou votre cote à cette adresse : prosprs@gmail.com