News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Forum

Liens

Nous contacter


L'homme qui aimait les fesses (6,8/10)
Fûsuke and Suppon monogatari

Osamu Tezuka

One-shot
Type : Nouvelles, Fantastique, Satirique

1970 (Fûsuke) et 1981 (Suppon monogatari)
2012 par Editions Flblb, Poitiers, France

Traduction & adaptation : Jacques Lalloz & Rodolphe Massé
Mise en page : Lucie Castel & Milaine Valcourt
Correction : Nicole Augereau

Recueil de 21 nouvelles dont la moitié ont pour héros Fûsuke Shimomura, un employé fainéant et pas du tout séduisant, qui se retrouve toujours dans des situations inédites.
Vivent les pecks ! : Shimomura a eu la mauvaise idée de recueillir chez lui un couple de pecks, de petits animaux aux formes plus que suggestives.
Ces femmes qui hurlent à la lune : Depuis que la lune est devenue plus luisante, les libidos féminines explosent chaque nuit.
Le réveillon de Noël : Les étudiants Père Noël se révoltent contre le mercantilisme japonais et décident de faire des cadeaux "empoisonnés". Shimomura reçoit un cheval un peu particulier.
Pas de caution ! : Shimomura décide de louer une maison magnifique mais caractérielle.
MINUS and Co : Shimomura est mal à l'aise : son patron a engagé un employé plus fainéant que lui.
Phallomancie : Durant un séjour à la campagne, notre héros rencontre une jeune fille capable de lire l'avenir durant l'acte sexuel.
Pétrus le gentleman : Fûsuke se voit contraint de loger un dictateur sans domicile suite à un coup d'état.
Les géants et les jouets : La boutique Maddog s'est spécialisée dans les jouets pour adultes mais pas toujours de très bon goût.
Des goûts peu communs : Fûsuke, sur les ordres de son patron, doit tenir compagnie à un homme aux goûts culinaires très particuliers : tempura de serpent, crottes de souris...
Les tribulations de Fûsuke : Fûsuke veut quitter sa condition de paysan : d'un manière très lâche, il assassine un célèbre samouraï et prend sa place.
Les renardes : Yu Huo, le paresseux, sauve la vie de deux renardes dans le but qu'elles lui apportent la richesse mais celles-ci se révèlent aussi fainéantes que lui.
Foutez-moi le camp !! : Un couple de nudistes s'installe chez un célibataire et l'ignore totalement. Ce dernier cherche mille moyens de les déloger.
Voyage au temps des divinités : Depuis que les voyages dans le temps existent, les agences de voyages cherchent des destinations de plus en plus originales. L'une d'elles proposent de rencontrer les premiers ancêtres des Japonais.
Double suicide à Shinagawa : Un humoriste a bien du mal à faire rire son public, il décide de leur raconte sa mésaventure avec un robot qui se révèle le premier jour être la femme parfaite.
Histoire de tortue : Une tortue s'est agrippée à son nez et impossible de la détacher.
Sexodus : Un chômeur sex-addict, désespéré de ne pas avoir été embauché, se confie à un savant fou.
La déesse de la défaite : Après la seconde guerre mondiale, la déesse de la défaite s'attache à un soldat japonais.
La ligne d'oubli : un chérubin décide d'accorder à un homme désespéré la ligne de l'oubli : toute personne qui la franchira oubliera tout, soucis y compris.
Pourquoi Appollo 12 a sombré dans l'alcool : Un veuf de 46 ans est tombé désepérément amoureux d'une hôtesse de bar qui, après le mariage, se révèle diabolique.
En désespoir de cause : L'homme vient de créer un avion de ligne complètement automatique qui ne peut, en aucun cas, se crasher. Le vol inaugural va avoir lieu.
L'archipel nudiste : Le Japon est, depuis de nombreuses années, un état nudiste. Le port du moindre tissu est non seulement interdit mais aussi très obscène. (Dominiquel)

Dominiquel : Voici un ensemble de nouvelles destinées à un public adulte, pas parce qu'elles sont érotiques ou d'horreur (elles ne sont ni l'une, ni l'autre) mais parce que, dans la lignée de certains magazines de BD des années 70 et 80 (comme L'Echo des Savanes et le Fluide glacial de la première heure), elles abordent des sujets un peu satiriques et moqueurs tout en n'hésitant pas à présenter des personnages féminins dénudés courant dans la rue après les mâles... Pour moi, il s'agit d'une autre époque et je trouve que ce style et l'humour potache ont un peu vieilli. Ce manga est donc destiné aux nostalgiques ou aux fans des oeuvres plus adultes sans pour autant se prendre au sérieux de Tezuka. Ce manga peut faire sourire et déborde d'imagination mais ne tient pas toutes ses promesses en ne proposant pas, la plupart du temps, de fin véritable aux histoires. Divertissant sans plus. 6,5/10.

Max : Tous ceux qui ont aimé Debout l'humanité ! d'Osamu Tezuka, aimeront L'homme qui aimait les fesses même s'il est quand même deux crans en dessous : une vingtaine d'histoires séparées alors qu'il y aurait eu moyen d'en faire une histoire continue, certaines fins sont dignes de troisième primaire ("Et tout cela n'était en fait qu'un rêve..."). Donc c'est sympa mais moins bon. 7,1/10.

Dominiquel : 6,5/10 - Max : 7,1/10.

Pas d'accord avec ces cotes ou ces commentaires ? Vous voulez lire votre critique ici ?
Envoyez-nous votre avis et/ou votre cote à cette adresse : prosprs@gmail.com