News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Forum

Liens

Nous contacter


La cité des esclaves (7/10)
Doreiku - Boku to 23 Nin no Dorei

Hiroto Ooishi / Oishi & Shinichi Okada

10 volumes parus (juin 2017), 10 au Japon, série finie
Type : Thriller, Jeu, SF

2012 par Futabasha Publishers Ltd., Tokyo, Japon
2014 par Casterman

Traduction : Kayo Sato & Sébastien Kimbergt
Adaptation graphique : Studio Charon

Pour public averti (amoralité)

Un objet appelé SCM fait peu à peu son apparition sur le marché, d'abord vendu une bouchée de pain sur Internet, certains s'achètent maintenant à plusieurs millions. Il s'agit en fait d'un genre d'appareil dentaire qui, une fois placé, permet la participation à un jeu. Si l'on rencontre un autre possesseur, on peut lui proposer un défi, quel qu'il soit, et le perdant deviendra l'esclave du gagnant grâce à un contrôle du cerveau opéré par l'appareil. Les joueurs ont des motivations très diverses qui vont de la vengeance à la luxure en passant par la recherche de l'amour. Bien sûr, tout le système est limité par un ensemble de règles mais est bien malin celui qui réussit à toutes les trouver et à les maîtriser ! Yûga a bien compris le danger de la chose mais est curieux, il décide donc d'engager Eïa, une copine de son ex plutôt maligne, pour l'aider à éviter les dérives. (Dominiquel)

Dominiquel : Bof, cela commence limite glauque puis on a l'impression de se retrouver dans le système « je cherche l'arnaque pour tourner les règles à mon avantage », un peu dans le genre de Liar Game ou de Death Note mais en moins bien fait car on ne possède pas toutes les règles dès le départ. Ce n'est pas un mauvais manga mais je n'ai pas accroché. 6,8/10.

Max : L'idée originale est excellente mais ce n'est pas assez 'hard' pour moi. En effet, l'idée de base, le ton, la couverture, laissent à penser que cela sera plus dur. 7,2/10.

Dominiquel : 6,8/10 - 7,2/10.

Pas d'accord avec ces cotes ou ces commentaires ? Vous voulez lire votre critique ici ?
Envoyez-nous votre avis et/ou votre cote à cette adresse : prosprs@gmail.com