News

Histoire du Japon

Culture Japonaise

Cours de Japonais

Manga

Dessins Animés

Films

Musique

Resto

Photo
Staff

Download

Guest Book

Liens

Nous contacter


Le Kabuki
歌舞伎


Scène de théâtre de Kabuki

Le Kabuki est un type de théâtre japonais traditionnel. Les acteurs sont représentés par un rôle précis et par un maquillage particulier contrairement au théâtre Nô où les acteurs ont juste un masque.
Kabuki se traduit par des idéogrammes venant d'ateji:
Ka (歌chant) – Bu (舞danse) – Ki (伎 technique et mobilité ).

Les femmes et le Kabuki

Le kabuki commence en 1603 avec des spectacles religieux réalisés par une prêtresse Okuni et sa troupe. Ces spectacles eurent beaucoup de succès : Elles dansaient sur les berges de la rivière de Kamô (à Kyôto) et elle se travestissaient en hommes. Les danses où la troupe sautille sur scène étaient appelées "Kabuki Odori" (danse de kabuki). C'est ainsi que naquit le style de théâtre Kabuki, marqué par le travestissement, les costumes remarquables et le maquillage extravagant.
En 1607, la troupe d'Okuni fait un spectacle à Edo, devant le Shogun, le grand seigneur Data Masamune. Le public fait un scandale.
En 1629, on interdit aux femmes de monter sur scène et on permet aux hommes de jouer les rôles féminins.
En 1652, le Kabuki est interdit aux jeunes hommes, seuls les hommes d'âge mûr sont autorisés à avoir des rôles, ce qui fait naître le Yarô Kabuki en 1653.


Statue de la prêtresse d'Okuni munie d'un éventail et d'un sabre
à Kyoto près de la rivière de Kamo

Les hommes et le Kabuki

Le Yarô Kabuki connaît des changements vers un style plus sophistiqué à cause du Kyogen, un théâtre comique ressemblant au théâtre Nô.
Des hommes jouent très souvent les rôles féminins, ils sont appelés Onnagata (ou Oyama). Leur rôle est de jouer le rôle féminin aussi réaliste que possible.
Deux styles de jeu importants sont créés à cette époque : le style Aragoto par Danjûrô (1660) et le style Wagoto par Tôjurô dans le Kansai.
Le style Aragoto (rude) est caractérisé par un jeu exagéré, les joueurs accentuent la prononciation de chaque mot, ils sont vêtus de costumes et de maquillages très voyants. La scène se tournera principalement sur l'action avec des acteurs ayant un rôle d'une faculté exceptionnelle.
Le Wagato (souple), un style où les acteurs sont plus réalistes, la scène tourne autour d'une pièce romantique et dramatique.
Les spectateurs de Kyôto ont une préférence pour le Wagoto dont les pièces narrent des histoires de jeunes hommes aimant les prostituées qui finissent par abandonner leur métier pour une nouvelle vie.
A Osaka, le public est composé de
marchands qui préférainet les pièces mettant en scène des samouraïs connus dans des histoires faisant souvent partie de l'actualité.


Scène de Kyogen

Le Kabuki actuel

Le kabuki reste un style de théâtre traditionnel très connu et culte. Même si le théâtre Nô remporte plus d'audience et malgré les rares salles de spectacle, le kabuki reste très apprécié aujourd'hui.
Beaucoup de chanteurs ou de stars s'inspirent du style Kabuki, que ce soit dans les vêtements ou dans le maquillage. Par exemple : le chanteur de « Neo visualism » Miyabi qui fait un mélange entre le style Kabuki et le style Visual Kei. Lui et son groupe ont sorti un titre appelé « Kabuki Danshi ».
Pour remercier la créatrice du Kabuki, plusieurs troupes sont constituées de femmes pour représenter l'onagata et une statue d'Okuni a été construite à Kyoto.
Les troupes de Kabuki font des spectacles hors du Japon pour ainsi faire connaître internationalement ce style théâtral.
Il y a plus de 90 acteurs de Kabuki professionnels.
Le kabuki fut classé parmi les chefs d'oeuvres du patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'UNESCO en 2005 et classé huitième sur quinze en Asie.


Miyabi et son style Neo visualim kabuki et Visual Kei

Maquillage et accessoires

Contrairement aux masques du théâtre Nô, le Kabuki se distingue par des acteurs aux maquillages très précisément stylisés qui va permettre au spectateur de reconnaître de suite le rôle et le caractère du personnage.
Le maquillage kenshô est une poudre blanche à base de riz sur laquelle sont ajoutées des kumadori qui donnent les expressions du visage : cela va produire un effet de puissance aux acteurs. Il existe plusieurs type de kumadori qui représentent la nature du personnage. La couleur rouge représente le héros, le bleu est un personnage mauvais ou un fantôme, le vert indique les êtres surnaturels, le brun exprime un monstre mauvais et le violet représente tous personnages nobles.
Le mot Kabuki vient de « Kabuku » qui veut dire « porter des vêtements étranges », il s'agit souvent de larges kimonos.
Les accessoires sont représentés de façon exagérée : le plus souvent, les sabres pour les rôles de samouraï sont d'une dimension supérieure à celle de l'original afin d'accentuer les effets.


Homme se maquillant en Kabuki

La scène et le théâtre

La particularité du théâtre Kabuki c'est le mie (見得) : le moment où il y a un lien entre la salle et la scène (kakegoe), l'acteur se met dans une pose appuyée et alors le public peut crier le nom de l'école à laquelle appartient l'acteur (yagô). Cela exprime une satisfaction du public et attire l'attention sur un moment de jeu réussi.
La scène de Kabuki est constituée d'une projection complète jusqu'à l'arrière salle (Hanamichi 花道 « chemin des fleurs »). Elle est utilisée pour les entrées et les sorties les plus importantes et spectaculaires. La scène est aussi composée d'un plateau permettant de faire pivoter une partie de la scène, il existe des sortes de trappes pour faire apparaître ou disparaître rapidement un acteur. Cette fonction existe depuis le XVIIIème siècle.
Sur scène, des personnes viennent aider les acteurs, ce sont les Kuroko : vêtus de noir pour ne pas irriter la vue, ils sont là pour aider les acteurs pendant la scène.
Le mawari butai, la scène tournante apparaît en 1716 -1735. Il débute par une plate-forme circulaire roulante.
Les lumières sont parfois éteintes lors du changement de décor (Kuraten) mais elles sont le plus souvent allumées et pendant que le décor change, les acteurs jouent une scène (Akaten).
Les trappes apparaissent au milieu du XVIIème siècle, aussi appelées Seri, elles font disparaître les acteurs de la scène. Dans les plus grandes salles, les trappes permettent de faire apparaître plusieurs acteurs en même temps et parfois une scène entière.
Le Chûnori est une technique qui apparaît bien après (XIXème siècle) : elle consiste à attacher le costume d'un acteur à des câbles, ce qui va permettre de le faire voler ou planer au-dessus de la scène. Cependant, cette technique fut jugée trop dangereuse et pas assez camouflée, on l'a alors délaissée.
Le kabuki est actuellement joué sur des scènes traditionnelles, le plus souvent dans le Théâtre National de Tokyo. Il existe aussi des salles aux dimensions correctes à Osaka et en province. (Akaa)


Scène de Kabuki

Akaa : Le Kabuki est un style de théâtre spectaculaire, les chansons collent parfaitement aux pièces et j'aime beaucoup ce type de théâtre avec le décor qui attire l'oeil.

Envie d'écrire un article sur la culture japonaise ? écrivez nous à cette adresse : prosprs@gmail.com